Triomphe pour l’un, gifle pour l’autre: notre analyse

Elu avec 55,29% des voix, c’est un triomphe pour Edouard Friedler dans cette quadrangulaire du second tour de l’élection municipale au Beausset (marqué par un fort taux d’abstention), mais c’est aussi une énorme gifle donnée au tandem Georges Ferrero / Laurence Bousahla.

Depuis 6 ans, Edouard Friedler était le seul véritable élu minoritaire au Conseil Municipal du Beausset mais également au Conseil Communautaire de la CASSB. Ancien professeur de mathématiques, puis proviseur de lycée ayant exercé aux quatre coins du monde (Afrique, Inde, Polynésie Française), Edouard Friedler est connu pour son travail en profondeur des dossiers et pour sa pugnacité dans la défense de ses positions.

Parmi les élus minoritaires, il était quasiment le seul à analyser, questionner, donner de la voix, s’opposer quand nécessaire, face aux élus trop souvent godillots de la majorité au Conseil Municipal du Beausset et également au Conseil Communautaire (en 6 ans de mandat, par exemple, Laurence Bousahla n’a pas pris la parole une seule fois au Conseil Communautaire…).

S’il s’était présenté en 2014 avec une liste étiquetée « divers gauche », Edouard Friedler a su fédérer très largement au delà des clivages gauche / droite habituels durant ses 6 ans dans l’opposition.

Sa liste de 2020 sera d’ailleurs le reflet de cette ouverture avec des soutiens de toutes tendances politiques (il s’est d’ailleurs battu pour que sa liste soit classée « divers » par la préfecture). Ancrés dans des considérations partisanes, ses opposants n’auront de cesse, pendant la campagne électorale, d’attaquer la supposée couleur politique de sa liste au point d’en faire leur seul véritable argument.

L’histoire politique au Beausset a d’ailleurs démontré à de multiples reprises que se revendiquer d’un parti pour l’élection municipale est une erreur dans des communes comme celles du Beausset. L’important n’est pas le parti mais bien l’homme ou la femme qui se présente. En allant chercher une investiture LR et UDI au 2ème tour des municipales, Laurence Bousahla a d’ailleurs une nouvelle fois démontré son peu de sens politique (comme si le soutien de ces deux partis, dans une tentative désespérée de rallier les plus fervents adhérents, pouvait faire changer la perception des personnalités de Georges Ferrero et de Laurence Bousahla)…

Reléguée en 3ème position (au premier tour comme au second), Laurence Bousahla est la grande perdante de cette élection. Son score de 17,83% des voix (voir les résultats du 2ème tour ici) est le reflet du rejet massif des Beaussétans de son mode de gouvernance et de celui du précédent maire Georges Ferrero.

Malgré sa gifle électorale sans appel, et alors que les autres candidats féliciteront le gagnant, sa réaction teintée d’aigreur et de ressentiments sera de se dire « déçue des Beaussétans« …

Elu par surprise (certains diront par erreur) en 2014 après que le maire de l’époque, Jean-Claude Richard, eu jeté l’éponge au soir du 1er tour dans un excès d’ego (voir ici), Georges Ferrero a eu un mandat particulièrement chaotique et émaillé de multiples polémiques. Quels souvenir laissera-t-il ? Que retiendra l’Histoire de lui alors que la plupart des observateurs, de tous bords politiques, le qualifie de « pire Maire » du Beausset…

Petite rétrospective (non exhaustive). Rappelons-nous:

  • En juillet 2014, une purge à la mode stalinienne au CCFF (voir ici)
  • En Août 2014, la rénovation par les services communaux d’un chemin privé conduisant à la résidence de Georges Ferrero (voir ici, ici et ici).
  • En janvier 2015, la nomination au poste de Directeur de Cabinet de sa femme par Georges Ferrero (voir ici).
  • En juillet 2015, le manque de dignité et l’immaturité de Georges Ferrero lors de la Saint-Eloi 2015 (voir la vidéo ici).
  • La refonte inutile et couteuse de multiples ronds-points (voir ici).
  • L’augmentation à deux reprises et irraisonnée de l’imposition alors qu’aucun projet n’est mis en route (voir le bilan réalisé en 2015 au terme d’une année de mandat ici).
  • la relation de soumission et de passivité vis à vis du Président de l’agglomération Sud Sainte Baume (voir ici).
  • En 2016, le vote par le Conseil Municipal de la prise en charge des frais de procédure du maire dans une affaire privée (voir ici et ici).
  • En 2016, la révélation de l’impréparation de Georges Ferrero et sa propension à rejeter toute responsabilité (pourtant élu depuis plus de 30 ans) (voir ici et ici).
  • En 2016, la rénovation à prix d’or de la pelouse du stade de rugby que les écoliers Beaussétans ont pourtant interdiction d’utiliser (voir ici).
  • En 2016, l’ affaire des supposés moutons égorgés au domicile du maire et l « affaire des cervicales de l’âne et des rats »  Voir la vidéo collector ici, (attention, moments de grâce…).
  • En 2017, la rocambolesque et désastreuse gestion de l’affaire d’amiante dans les écoles (voir ici, ici, ici, ici).
  • En 2017, l’engagement de réaliser plus 1000 logements sociaux à l’horizon 2025 (voir ici), alors qu’en début 2016 il déclarait triomphalement que Le Beausset n’était « plus carencé en logements » (voir ici). De multiples rumeurs et manoeuvres concernant les terrains de Pignet et de Maran ont d’ailleurs été lancées pendant la campagne électorale.
  • En 2018, la restructuration incroyablement brutale des écoles par Laurence Bousahla (voir ici, ici, ici)
  • En 2018, la propension à mentir et à s’approprier des réalisations faites par d’autres ce qui a valu à Georges Ferrero d’être recadré sévèrement par la Députée (voir ici).
  • En 2018, la décision de vendre le dernier poumon vert du centre du village, l’espace mistral, à des promoteurs immobiliers (voir ici, ici, ici, ici). Cette affaire deviendra d’ailleurs la ligne de fracture entre les soutiens et les opposants du tandem Georges Ferrero / Laurence Bousahla.
  • En 2020, à la veille du 1er tour des municipales, l’érection sur un rond-point d’une cigale (« couleur bleu michou » comme le soulignent les détracteurs) voir ici, comme symbole de la « capitale mondiale de la cigale » décrétée par Georges Ferrero et son groupe dans une tentative désespérée de s’attirer la sympathie des électeurs Beaussétans (alors que de sérieux doutes ont émergé sur la réalité de la supposée demande d’éradication des cigales par des touristes à l’été 2018…)
  • En 2020, la gestion catastrophique des masques anti covid-19 (voir ici, ici).
  • En 2020, un deuxième recadrage de la députée, cette fois-ci à l’encontre de Laurence Bousahla (voir ici).
  • En 2020, la disparition mystérieuse en plein confinement d’un bien communal (voir ici, ici).
  • En juin 2020, à nouveau, des soupçons d’utilisation des moyens communaux à des fins privées (voir ici), ce qui fait dire aux commentateurs que le mandat a terminé comme il avait commencé…

Tant leurs personnalités, leur absence totale d’écoute et de concertation, leurs faibles qualités oratoires et syntaxiques, la faiblesse de leurs réalisations, leur comportement clanique et leurs atteintes à l’éthique la plus élémentaire auront pesé de tout leur poids dans cette élection. Relisez tous les articles que nous avons consacré à Georges Ferrero ici, et à Laurence Bousahla ici.

Cette campagne électorale aura été faite en grande majorité sur les réseaux sociaux et sur les blogs, le nôtre bien-sûr ou encore le-beaussetan. Les électeurs ayant la particularité d’avoir la mémoire courte, la possibilité offerte par les blogs citoyens de conserver la trace des actions, informations, actualités, actes, comportements, polémiques, qui auront jalonné le mandat de l’équipe sortante aura certainement eu une influence sur les votes.

C’est d’ailleurs, une des leçons que devront retenir les différents candidats: internet servant de mémoire collective, maitriser sa e-reputation est une des bases d’une élection réussie. Encore faut-il s’intéresser aux citoyens que l’on est sensé représenter, ne pas se considérer comme omnipotent et encore moins se considérer comme « propriétaire » d’un village parce qu’on est un « beaussétan de souche » ou une « enfant du pays ».

Le Beausset doit maintenant se rassembler. La gouvernance doit maintenant changer. Notre commune doit retrouver une intelligence collective qui lui a tant fait défaut ces dernières années.

Les regards se portent dorénavant du côté de la Communauté d’Agglomération Sud Sainte Baume, pour l’élection de son bureau et notamment de son Président … Les souhaits de renouveau, d’éthique dans l’exercice du pouvoir et de défense de l’intérêt général porteront-ils jusqu’à la Communauté d’Agglomération ? Réponse bientôt.

PS: Rappel utile: tout contributeur de ce blog par les commentaires, s’engage à indiquer une adresse email valide, à défaut le commentaire ne sera purement et simplement pas publié. L’utilisation de pseudo est autorisée avec la réserve toutefois que l’auteur soit clairement et facilement identifiable par les auteurs de LeBeausset | Info. L’adresse IP du contributeur est systématiquement conservée.

1 COMMENTAIRE sur “Triomphe pour l’un, gifle pour l’autre: notre analyse

  1. La démocratie a gagné, le Beausset et ses citoyens peuvent être heureux, le rassemblement semble être la démarche prise après déjà deux CM. Reste à surveiller les actions menées.

DEPOSEZ UN COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE