« Ça ne m’empêche pas de dormir »…

Gabriel_Tambon
A plusieurs reprises ces derniers mois, le comportement de Gabriel Tambon, Maire du Castellet et Président (entre autres) de la Communauté de Communes Sud Sainte Baume a été dénoncé. Rappelons-nous les projets de création de logements sociaux au Beausset bloqués par « un système légitimant l’abus de prérogatives autocratiques » (voir notre article ici) selon son homologue du Beausset, Jean-Claude Richard.

Aujourd’hui, c’est pour une autre affaire que Monsieur Tambon est à nouveau mis en cause: une procédure de harcèlement moral a été engagée contre lui par le directeur des services techniques et par la responsable de l’office de tourisme du Castellet. Un juge d’instruction a été nommé.

« Ça ne m’empêche pas de dormir », avait déclaré le maire lors d’un conseil municipal en août, selon Var Matin, au cours duquel il lui avait été accordé la protection juridique pour se défendre des deux accusations de harcèlement moral qui le visent. Pour autant, Gabriel Tambon est appelé à s’expliquer devant la justice.

Le premier plaignant, Patrick Mazin, directeur des services techniques « mis au placard » selon ses dires, a été entendu par la juge d’instruction mardi dernier à Toulon. Quelques jours auparavant, Patricia Giuliano-Lombardi, responsable de l’office de tourisme, actuellement en longue maladie, avait elle aussi été auditionnée par le magistrat.

Selon Var Matin, la juge a demandé une confrontation entre les plaignants et le maire d’ici la fin de l’année.

Patrick Mazin avait déposé plainte en 2010 après avoir perdu primes et missions, confiné dans un local technique minuscule et sans fenêtre.

Patricia Giuliano-Lombardi a également porté plainte l’année dernière. « Il s’agit d’un dossier classique de harcèlement moral : Mme Giuliano-Lombardi est victime d’actes répétés portant atteinte à ses conditions de travail et à sa santé », commente son avocat au barreau de Paris, Me Jamal Elgani. La responsable de l’office de tourisme du Castellet est en arrêt maladie depuis plus de six mois, pour dépression. Elle a été déclarée « inapte » par la médecine du travail.

Selon son avocat, Patricia Giuliano-Lombardi subissait des pressions depuis plusieurs années, qui se seraient accentuées lorsque son époux, ancien chef de cabinet du maire, a été licencié en 2008. « Mme Giuliano a alors pris les coups à la place de son mari. Sa carrière n’a pas été celle de tout agent. Son avancement a été freiné. En 2009, elle a perdu une partie de sa prime avant d’être totalement supprimée sans aucune motivation de la part du maire », rapporte Me Elgani.

L’avocat raconte que sa cliente était seule à faire tourner son service, « sans personne pour la remplacer quand elle était absente ». Selon lui, « elle a fourni elle-même le mobilier de l’office de tourisme ».

Mme Giuliano-Lombardi aurait subi des « brimades ». « Un jour, le maire a été vu par un habitant en train d’arracher les horaires de l’office de tourisme. C’est un acte déplacé. Une autre fois, en mars 2010, Mme Giuliano-Lombardi est rentrée de congé maladie et a trouvé son bureau complètement saccagé, les armoires en vrac, les ordinateurs et le téléphone avaient été enlevés. Un constat d’huissier a été dressé », poursuit l’avocat.

En outre, la fonctionnaire a découvert que son courrier électronique professionnel « était ouvert et lu ».

« Mme Giuliano-Lombardi a essayé d’obtenir un rendez-vous avec le maire, il ne voulait pas la recevoir ni ne répondait à ses courriers. Il lui a même refusé la protection juridique quand elle a déposé plainte, alors que le maire se l’est octroyée », conclut l’avocat.

De son côté, l’avocat de Gabriel Tambon se refuse à tout commentaire, invoquant « la procédure en cours ».

Parmi les sources: Var Matin

COMMENTAIRES sur “« Ça ne m’empêche pas de dormir »…

  1. Je fais partie du corps médical et je peux vous déconseiller de vous moquer du harcèlement moral que subissent certaines personnes dans leur couple, leur milieu professionnel,même dans les associations où des personnes peu qualifiées prennent le pouvoir et « poussent »des gens diplômées désireux de bien faire .

    Le harcèlement moral est visible sur la personne qui le subit, elle connaît peu à peu la dépression,sa santé se détériore,elle peut faire kyste sur kyste à n’ importe quel endroit du corps, digèrer mal,avoir des troubles du rythme cardiaque, enchaîner les opérations chirurgicales etc.etc…
    Le harcèlement moral est nuisible pour la santé, certains ne le supportent plus et se suicident.
    Ne vous moquez pas et au lieu de faire celui qui ne voit rien, essayez d’aider la personne qui souffre.
    Prévenez, alertez autour de vous .

    Ce harcèlement peut arriver à vos enfants, à vos petits- enfants.
    Nul n’est à l’abri d’un harcèlement.
    Les gens aiment tant le pouvoir, la gloire,dominer l’ autre, le soumettre.
    REFLECHISSEZ !
    SOLIDARITE ! ALTRUISME ! S.O.S !

  2. Le conseil municipal a voté la prise en charge des frais judiciaires que le maire engagerait pour sa défense… Soit. mais attention,’évolution de la jurisprudence administrative ainsi que l’intervention du législateur ont toutefois complété, en matière d’instance pénale, la protection juridique dont bénéficient les exécutifs locaux. Ainsi, «la cour administrative d’appel de Bordeaux, dans un arrêt du 25 mai 1998 « M. André », a en effet dégagé le principe général du droit aux termes duquel « le conseil municipal ne peut légalement mettre à la charge du budget communal les frais exposés pour la défense du maire faisant l’objet de poursuites pénales que si les faits commis par le maire ne sont pas détachables de l’exercice de ses fonctions »».
    Ce qui veut dire aussi que si les faits reprochés étaient reconnus établis, et s’agissant de faits qui n’ont rien à voir avec l’exercice normal du mandat de maire, ce dernier devrait rembourser à la commune les frais que celle ci aurait payés pour assurer sa défense…

DEPOSEZ UN COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE