1060 logements locatifs sociaux à l’horizon 2025 (dans 7 ans)!

1060, c’est très exactement le nombre de logements sociaux que Georges Ferrero s’est engagé à réaliser au Beausset avant 2025 (dans 7 ans), et d’ici 2019, il s’est engagé à financer 896 nouveaux logements dont 533 logements locatifs sociaux (352 à Maran, 264 à Pignet, 130 au Lèques) !

L’opposition conduite par Edouard Friedler est, à juste titre, vent debout.

Comme à l’accoutumée c’est hors de tout cadre de prospective et de réflexion générale sur le développement de notre commune et bien sûr sans discussion préalable, que l’on a appris lors du Conseil Municipal du 11 avril dernier que Georges Ferrero, le Maire, avait signé avec l’Etat (représenté par le Préfet du Var) un contrat de mixité sociale et s’était engagé sur un objectif de réalisation de 1060 logements locatifs sociaux à l’horizon 2025 ! Rien de moins !

Pourtant, rappelons-nous, Georges Ferrero dans une interview à Var Matin, déclarait triomphalement début 2016 que Le Beausset n’était plus carencé en logements (voir ici)…

En 2015, on dénombrait 4240 résidences principales au Beausset dont 122 logements sociaux en service. Selon les services de l’Etat, le CCAS du Beausset a enregistré « seulement » 203 demandes d’obtention d’un logement locatif social. On est donc loin, très loin même, d’un besoin urgent de réaliser ces centaines de logements sociaux en aussi peu de temps dans notre commune.
Avec 1060 logements sociaux prévus au Beausset dans sept ans, ce serait endosser près de 60% de la demande actuelle de logements sociaux de toute la Communauté d’Agglomération Sud Sainte Baume (1800 logements).

1060 logements à l’horizon 2025 mais combien à l’horizon 2033 (soit dans 15 ans)? En effet, tout nouveau logement construit vient augmenter la base de calcul des 25% de logements sociaux. Ainsi plus on construit de logements plus l’obligation de construire des logements sociaux augmente ! Un système sans fin…

Ainsi, alors que Le Beausset compte moins de 10 000 habitants, ce sont plus de 3500 personnes nouvelles que notre commune va devoir accueillir en 3 ans. Soit un accroissement inconséquent de 35% en 3 ans alors même que notre commune ne peut en absorber plus de 0,5% par an !

Les infrastructures du Beausset (alimentation en eau, assainissement, parkings, écoles, cantines, crèche, espaces de loisirs, bibliothèque municipale, routes, transport public, maison de retraite, etc) on le sait depuis des années, sont tendues.
Elu du Beausset depuis plus de 35 ans, Georges Ferrero était pourtant le premier, lors de sa campagne électorale municipale en 2014, à déclarer « non souhaitable » la création de nouveaux logements sociaux et à dénoncer le manque d’investissements structurants réalisés par les maires successifs … Maintenant que c’est lui qui est en responsabilité, quel est son plan pour renforcer ces infrastructures en prévision de l’arrivée de ces milliers de personnes ? Nul ne le sait ! Silence général… Le sait-il d’ailleurs lui-même ?

Par ailleurs, Le Beausset est classé parmi les communes les moins riches du Var. Son taux de chômage est largement supérieur à la moyenne nationale (13% contre 9,3%). Moins de 50% de la population beaussétane est imposable (contre 63% au niveau national). Aucun projet ne peut être mené à terme sans l’aide de l’Etat, de la Région ou du Département. Or les désengagements financiers provenant de ces 3 institutions sont multiples depuis plusieurs années et cela ne va pas s’arranger (et l’argent investi inutilement dans des ronds-points n’est plus là…).

Qui va donc financer ces logements ? Qui va financer les nécessaires infrastructures ? Il est fort peu probable que ces milliers de personnes habitant ces nouveaux logements sociaux soient imposables et contribuent donc au financement…
L’effort nécessaire va donc, de facto, se reporter sur les seuls 2700 actuels foyers fiscaux beaussétans…

Par ailleurs, ces logements seront-ils attribués aux Beaussétans comme le soutient le maire? Sûrement pas puisque la commune ne dispose que d’un contingent communal limité. Les publics prioritaires sont ciblés par un Plan Départemental sur lequel le Préfet à la haute main… Situation idéale pour un accroissement de la paupérisation du Beausset et pour définitivement transformer ce village provençal en une ville dortoir, avec les compliments de son premier magistrat…

Elle est où cette âme beaussétane que Georges Ferrero indiquait souhaiter retrouver lors de sa campagne électorale de 2014? On est loin, très loin même de ses tracts qui sentaient bon sa Provence (qui différenciaient, au passage, les Beaussétans de souche et les autres), qui laissaient transparaître sa nostalgie d’un Beausset où, quand il était « enfant, le village comptait tout juste 2000 habitants, on s’amusait tous au patronage, les soirs d’été on sortait des chaises et on parlait dehors avec ses voisins; il y avait des chevaux et des moutons »… 

Ces nouveaux logements sociaux c’est surtout une excellente affaire pour les maires des environs, et beaucoup moins pour les Beaussétans actuels (qu’ils soient de souche ou non)…

Ci-dessous la réaction du groupe conduit par Edouard Friedler qui appelle les Beaussétans à la mobilisation, et la carte détaillant l’implantation des nouveaux logements. (source des documents: https://www.lesamisdubeaussetrassemble.org/)

Le contrat de mixité sociale signé par le maire: ici

Le programme des 896 logements sociaux: ici

 

 

COMMENTAIRES sur “1060 logements locatifs sociaux à l’horizon 2025 (dans 7 ans)!

  1. Madame, Monsieur
    Bonjour.
    Je me présente: je suis le webmaster de Bandolblog que vous connaissez peut-être.
    J’habite chez vous au Beausset depuis un an et je m’y trouve très bien. C’est vrai que je ne fais qu’y dormir, je souffre seulement des bouchons à l’entrée et la sortie de la ville lorsque je dois aller ou revenir de mon travail à Bandol. (j’habite chemin de la mirapelle, à la limite de Saint Anne d’Evenos!)
    J’aime votre ville, j’ai pu apprécier monsieur Friedler lors de ces interventions aux conseils de la communauté des communes. Je suis d’accord avec lui lorsqu’il dit qu’une seule personne ne peut décider de l’avenir d’une communauté sans avoir bien réfléchi à toutes les conséquences que cela implique et surtout sans en avoir débattu avec les intéressés, les Beaussétans!
    Pour ce qui concerne les logements sociaux, il me semble qu’il y a pas mal de place ailleurs et entre autre à la sortie du plan du Castellet, après le collège, pour en construire.
    Ne peut-on pas se partager l’implantation des ces logements sociaux avec la communauté des communes SSB ?
    Je crois savoir que la commune de la SSB occupant la plus grande superficie est Riboux !
    Cela ferait peut-être plaisir à Mme Arnaud de voir quelques logements sociaux sortir de terre. Cela ferait du travail pour des entreprises du bâtiment, écoles, commerces, routes, infrastructures…

    Je vous souhaite à toutes et à tous une bonne fin de journée.
    Christian Viala

  2. Bonjour,
    Le début de l’article aborde bien certains aspect du problème.
    Ensuite il y a des erreurs factuelles qu,il convient de préciser.
    La question abordée ici est des plus sérieuses. Essayons de l’aborder a partir de données aussi fiables que possible.
    1 – Le carencement en logements sociaux se calcule par commune, pas par aglo. Donc les construction du Beausset ne résoudront pas le problème pour les aux autres communes de SSB.
    2 – Les projets en cours feront passer le nombre de résidences principales a environ 5200. Le besoin en logements sociaux sera alors de 1300! il en manquera encore la moitié.
    3 – le manque sur SSB est de l’ordre de 6000 logements sociaux et non de 1800 (le manque est de 500 au Castellet, 450 a La Cadière, 1000 a Bandol et Saint-Cyr, 2000 a Sanary).
    4 – le PLU en cours et le PADD présenté en juillet 2016 tablent sur une croissance de la population de 1%!
    La règle des 25% est ce qu,elle est. Les municipalités successives n’en ont jamais pris la mesure. Aujourd’hui, il faut cesser de faire l’autruche. Seul un débat public sérieux, préparé et argumenté peut permettre de progresser.

    • Merci malijai pour votre commentaire. En effet, cette question est des plus sérieuses et il convient en effet d’être rigoureux.
      Vous confondez carence en logement social (pourcentage hérité de la loi SRU appliqué sur le nombre de logements dans une commune, qui indique le nombre théorique de logements sociaux qui devrait être disponibles) et le chiffre de la demande exprimée réellement par des familles.

      Sur tout le périmètre des communes de Sud Sainte Baume, le nombre de demandes cumulées en 2015 d’un logement locatif social était bien de 1800 dont 203 au Beausset. Avec 1060 logements sociaux prévus au Beausset dans sept ans, cela correspond bien à près de 60% de la demande actuelle au niveau Sud Sainte Baume. D’ailleurs, par l’annonce de la création de ces logements, il est fort à parier que cela va créer un appel d’air, et que les demandes de logements vont se multiplier de la part de populations externes au Beausset et aux communes de Sud Sainte Baume.

      Comme nous l’avons écrit plus haut, même si le calcul de carence se calcule par commune et non au niveau de l’aglo, comme vous le rappelez justement, les demandes en logement social des communes voisines seront « aspirées » par les logements nouvellement construits au Beausset, elles seront donc réduites drastiquement dans ces communes. Il sera alors très aisé pour les maires de ces communes d’expliquer l’absence de corrélation entre le chiffre de construction qui leur est imposé par la loi et la demande effective sur le terrain…

  3. Certes …
    Mais seul le pourcentage de logement sociaux au sein de la commune compte.
    La loi SRU ne tient pas compte de la demande. C’est probablement l’un de ses défauts, mais il n’y a rien de tel pour tarir la demande que de maintenir l’offre au plus bas.
    Les autres communes de SSB sont carencées au même titre que le Beausset. Qu’en est-il des projets de ces autres communes de SSB? Elles sont aussi contraintes à réagir.
    Si elles ne font rien elles seront très fortement pénalisées, quels que soient les arguments avancés.
    De plus SSB ne vit pas en vase clos. Si phénomène d’appel il y a, il concernera aussi des demandes extérieures à SSB et il faudra bien les prendre en considération. Les 1800 demandes seront alors largement dépassées.
    Il est certain que, faute d’avoir abordé le problème suffisamment tôt, le passage est très difficile a négocier.
    Une politique commune au sein de SSB serait bienvenue. Est-ce envisageable lorsque Le Beausset (les autres probablement aussi) refuse que le PLU devienne PLUi (intercommunal)?
    Les 896 logements programmés auxquels s’ajoutent les constructions classiques représentent plus de 3000 habitants.
    Passer de 9600 a 13000 habitants en moins de 5 ans nécessite de l’audace et du doigté. Nous sommes mal partis, très mal.
    Dans tous les cas, à supposer qu’ils soient rapidement programmés et financés, les équipements nécessaires pour faire face à cet afflux de population ne seront pas prêts.
    Pour autant, faut-il temporiser en attendant que les autres communes se lancent? ce serait un jeu dangereux, voire suicidaire.
    Un véritable débat public est nécessaire. Des choix et des décisions fortes s’imposent. L’heure n’est plus a l’aménagement des rond-points.
    Aux citoyens de faire connaître leur ras le bol de voir des décisions lourdes prises sans information préalable et sans concertation.

DEPOSEZ UN COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE