Ecole Malraux: exaspération générale

Nouvel épisode dans l’affaire de l’école élémentaire Malraux au Beausset. Six enseignants étaient absents lundi 6 février 2017. 3 enseignants remplaçants ont été dépêchés par l’Education Nationale.

Derrière la raison médicale, évoquée officiellement pour expliquer ces absences (et que rien ne peut remettre en cause), c’est bien l’exaspération et le malaise des enseignants et des parents d’élèves qu’il semble falloir comprendre.

Rappelons que cette école a été fermée début janvier par le maire qui avait évoqué des risques d’exposition à l’amiante après que le sol de cette école se soit dégradé (voir ici). Le maire annoncera finalement lors de ses voeux à la population le 23 janvier que les résultats des analyses montraient « l’absence de risques ».

Il faut dire que les motifs de grogne et d’exaspération n’ont pas manqué pour les parents d’élèves comme pour les enseignants en raison de la gestion de ce dossier par la mairie qualifiée de « calamiteuse » par la plupart des parents et des parties prenantes pointant amateurisme et incompétence:

  • absence de communication par la mairie (voir ici) dont les exemples sont multiples (c’est la directrice de l’école et l’inspectrice de l’éducation Nationale qui préviendront les parents d’élèves le lundi 2 janvier, un communiqué lapidaire de la mairie ne sera publié que le 5 janvier, les résultats de l’analyse amiante ne sont toujours pas publiés malgré les promesses multiples du maire depuis 15 jours, etc),
  • tentatives du maire de se dédouaner sur ses prédécesseurs (voir ici) pour faire oublier le manque d’entretien de cette école depuis 3 ans ayant conduit à la dégradation du revêtement de sol,
  • non-réalisation des Dossiers Techniques Amiantes dans tous les bâtiments publics du Beausset par la municipalité,
  • polémiques et propos maladroits tenus par le maire M. Ferrero, l’adjointe aux affaires scolaires Mme Bousahla et l’adjoint aux travaux M. Espinet lors d’une « réunion d’information » organisée 10 jours après la fermeture (à laquelle les enseignants n’avaient pas été invités par la mairie…) au cours de laquelle le maire déclarera qu’« heureusement que les impôts ont augmenté sinon vos enfants vous seriez obligés de les envoyer à Saint-Cyr ou à Bandol » avant d’enchainer avec des propos agressifs sur le tri sélectif sans lien avec le sujet… Ces élus se feront huer par les parents d’élèves (voir ici),
  • attaques contre la Directrice de l’école Maternelle Malraux par l’adjointe aux affaires scolaires, Laurence Boushala dans un échange d’emails avec une Représentante de parents d’élèves (voir ici),
  • Désorganisation complète dans l’aménagement des salles de substitution avec près de 70 enfants dans une salle non aménagée notamment (voir ici et ici).
  • Interdiction faite aux enseignants d’accéder à l’école et à leurs classes afin de récupérer leur matériel pédagogique et les affaires des élèves malgré l’absence de risque amiante, la mairie leur ayant demandé la restitution des clés de l’établissement. Ce sont des parents d’élèves qui ont prêté leur propre matériel (livres, caisses de rangement, etc) afin de palier aux manquements de la mairie.
  • Mise en place de pré-fabriqués mal adaptés (infiltration d’eau, insonorisation inexistante) pour un budget qui ne cesse d’augmenter (on en est aujourd’hui à 90 000€) alors que le risque amiante n’est finalement pas présent selon le maire lui-même, et que les travaux de rénovation des sols ne seront réalisés qu’à l’été 2017 (le temps que les marchés de travaux soient lancés). Certains élèves semblent également se plaindre de maux de tête et de toux irritante.
  • Incompréhension des raisons qui interdisent alors aux enseignants et aux élèves de réintégrer leurs classes et les maintiennent dans les pré-fabriqués,
  • Absence de publication des résultats de l’analyse amiante malgré les promesses successives du maire.

Si on ajoute l’absence de concertations depuis 3 ans du maire Georges Ferrero et de l’adjointe aux affaires scolaires Laurence Boushala avec les enseignants et les représentants des parents d’élèves, notamment à propos du changement des règles de facturation de la cantine (voir ici et ici), de l’augmentation à 3 reprises du prix des repas (plus de 20%), de la suppression des cycles piscine, de la réduction du budget des écoles, de la programmation des Rythmes Scolaires (qui modifient les horaires des classes et de facto les horaires de travail des enseignants), l’absence de réalisation de travaux d’entretien minimum, les motifs d’insatisfaction des parents d’élèves et des enseignants sont nombreux.

Réponse du maire au ras-le-bol généralisé: « qui veut noyer son chien l’accuse d’avoir la rage« … Les Beaussétans apprécieront…

1 COMMENTAIRE sur “Ecole Malraux: exaspération générale

  1. Avec les impôts que nous payons je ne comprend pas que les élèves et les enseignants subissent l’incompétence des responsables

DEPOSEZ UN COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE