Gabriel Tambon condamné par la justice

Le maire nouvellement réélu du Castellet, Gabriel Tambon, vient d’être condamné lourdement par la Justice à un an de prison avec sursis, à d’importants dommages et intérêts mais surtout à 3 ans d’interdiction d’exercer sa fonction de Maire.

Cette condamnation du maire intervient après celle de la Ville du Castellet qui est intervenue le 22 mai dernier par le Tribunal Administratif de Toulon pour « traitement inhumain et dégradant » concernant un employé communal.

Lisez l’article de Var Matin ci-dessous qui résume parfaitement l’affaire ainsi que tous ceux que nous avons consacré à cette affaire ces derniers mois notamment celui dans lequel Gabriel Tambon déclarait que « cela ne l’empêchait pas de dormir » et celui sur la Marianne d’Or de la Démocratie Locale qu’il a reçu en juin 2013 pour l’exercice de 49 ans de mandat électoral.

Le nom de Gabriel Tambon est revenu ces dernières années dans quasiment toutes les affaires qui ont secouées Le Beausset: l’affaires des logements sociaux, celle de l’Office du Tourisme, celle du ramassage des ordures ménagères, etc. Il jouit depuis plusieurs années d’une réputation pour le moins trouble, révélée à nouveau par l’affaire de collecte des déchets ménagers (voir nos articles iciici, et ici). La fiche qui lui est consacrée sur Wikipedia est d’ailleurs pour le moins fournie dans la partie procédures judiciaires et condamnation: « En 1994, Gabriel Tambon est mis en examen pour « corruption passive, usage de faux et escroquerie et délit dans l’accès des candidats aux marchés publics ». Après avoir versé une caution de 1 500 000 francs, il est finalement condamné pour escroquerie et délit sur l’égalité d’accès des candidats aux marchés publics en 1997, à trois ans de prison avec sursis et 800 000 francs d’amende ».

Bien que maire du Castellet, il réside au Beausset et sa présence dans la vie municipale de notre commune est particulièrement marquée. Il ne cachait pas, d’ailleurs, ouvertement son opposition à l’ancien Maire du Beausset, Jean-Claude Richard, et s’affichait ostensiblement avec tous ses opposants, parmi lesquels Claude Alimi, Georges Ferrero et Gérard Faïs (auquel il avait apporté un soutien remarqué lors des dernières élections municipales – voir ici). Lisez tous les articles que nous lui avons consacré sur notre blog.

gabriel_tambon_varmatin_052014

COMMENTAIRES sur “Gabriel Tambon condamné par la justice

  1. Excellente nouvelle. Le mot justice veut encore dire quelque chose et la justice va enfin pouvoir faire mettre un terme aux fonctions d’un Maire qui bafoue la loi depuis de nombreuses années et qui continuait malgré tout à être réélu depuis 30 ans. Trop de gens y trouvaient sans doute leur compte. Dommage que seule la justice ait pu arrêter ce processus et non la prise de conscience des électeurs.

  2. Bien d’accord avec Cathy. Mais même s’il est sûr que certains, au Castellet, trouvaient leur compte dans sa présence, ce n’était certainement pas la majorité des habitants. Je m’étonne donc tout de même qu’il ait été réélu pendant tant d’années. …!

    Je suppose donc que, dans le vote communal comme pour le vote national, beaucoup votent n’importe quoi, et de préférence la personne en place, en se disant « on sait ce qu’on a, on ne sait pas ce qu’on aura… » Au Castellet en tout cas, je connais beaucoup de personnes qui ont voté pour lui de cette manière!

    Si seulement ce jugement pouvait arrêter les projets immobiliers invraisemblables du Plan et du Brulat que l’équipe en place a, en quelque sorte, aussi validés….

DEPOSEZ UN COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE