[Var Matin]: Coups de feu et agression au Beausset

La caméra de vidéosurveillance située à l’angle de l’hôtel de ville a été prise pour cible par l’auteur des coups de feu. Le mur est marqué par des impacts de chevrotine. Le rideau métallique du Cercle du 24 février 1848, rue Portalis, sur lequel des coups de crics ont été assénés par les jeunes violents.(Photo Eric Estrade)

Samedi soir, peu après minuit dans le centre du Beausset, un cafetier a été roué de coups.

L’homme avait tenté de s’interposer après qu’un groupe de jeunes eût essayé de faire sortir par la force une jeune fille du bar. Le gérant de l’établissement a ensuite été molesté. Il souffre d’une fracture du nez et de plusieurs points de suture au visage.Par la suite, des coups de feu ont été tirés. Ils auraient notamment visé une caméra de surveillance située non loin du bar.

La gendarmerie du Beausset confirme d’ailleurs avoir été avisée pour des coups de feu, lesquels auraient été tirés en direction de la caméra de surveillance située à proximité du bar. Après s’être rendus une première fois sur place dans la nuit –mais sans interpeller les jeunes qui s’étaient alors dispersés – les enquêteurs sont retournés sur les lieux hier. Ils indiquent avoir relevé « des traces de plombs de chevrotine » près de la caméra dont les images pourraient servir dans le cadre de l’enquête.

Admis à l’hôpital de La Seyne durant la nuit, le gérant du bar a « le nez fracturé et cinq points de suture sous l’œil. Il a également passé un scanner mais celui-ci n’a rien montré de grave. Il a pu rentrer chez lui dans l’après-midi, mais il est sous le choc », indique sa sœur. S’ils indiquent que des faits d’une telle gravité constituent « un acte rarissime » au Beausset, les enquêteurs tentaient hier soir de déterminer si les auteurs des faits sont des jeunes extérieurs au village ou non.

Source: Var Matin du 21 Mai 2012

COMMENTAIRES sur “[Var Matin]: Coups de feu et agression au Beausset

  1. Lorsque votre vie pleine de bonheurs bascule soudain, que vos faux amis se retirent par peur du deuil, de la maladie, sans désir de rendre service, se rendant compte qu’ils ne peuvent plus tirer sur vous, profiter de vous. Vous passez par une période de vol plané dans le vide, vous avez l’impression que vous touchez le fond, c’est à vous seul de taper du pied le fond de cet abîme et de remonter . Et soyez fier de vous en sortir, seul… Prenez de la distance vis à vis d’un grand nombre de charognards, soyez fier de vous en être sorti, seul. Aujourd’hui combien de famille du Beausset ont été frappée par les drames, il est révoltant d’entendre certains leur dire en plein visage par jalousie, par mesquinerie—-« Ca me fait bien rire de te voir dans la panade . » Ce sont des personnes qui aiment la corrida, voir souffrir les autres les font jouir.
    Pauvre misérable vipère, la roue tournera et ce sera ton tour de souffrir, d’être comme tu le dis dans la panade. La vie n’est pas un long fleuve tranquille, tout le monde a sa part de bonheurs mais aussi sa part de malheurs. Dans notre société de consommation, avec les humains nous faisons comme avec les objets, je me sers de toi puis je te jette. Que vont devenir nos relations humaines dans quelques années, il n’y a pas de bonheur sans amitié, sans amour, sans chaleur humaine , notre vie ne peut pas être basée sur la bouffe, l’argent, le pouvoir, l’arnaque.

  2. Tout a fait d’ accord, souvent dans la panade, peu de gens vous aident.
    Mais dans cette affaire, le gérant du bar a très bien agi, il a fait acte de courage et de civisme. Bravo !
    Bravo au cafetier. Merci pour cette jeune femme qui était en souffrance.

DEPOSEZ UN COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE