LGV PACA: le « J’accuse » d’Hubert Falco

La lutte contre le projet de LGV PACA, vient-elle de franchir une étape décisive?

Ainsi celui qui, hier encore, était un fervent défenseur du projet de LGV PACA se fait l’accusateur féroce de Réseau Ferré de France (RFF), le porteur du projet.

C’est dans un article publié aujourd’hui dans Var Matin que le maire de Toulon porte ses accusations avec force.

Mais RFF n’est pas le seul visé dans cette diatribe d’Hubert Falco. « Certains élus de droite » sont directement visés et non des moindres. Rappelons que la députée Josette Pons, entourée de la quasi totalité des maires des communes environnantes, avait déclaré « je dis Non à Falco et Non à Borloo« .  La manifestation contre le LGV PACA la semaine dernière au Beausset aura donc laissé des traces, nous nous en doutions (voir notre article ici).

Voilà donc qui devrait mettre du baume au cœur des protestataires contre ce projet de LGV PACA et donner quelque espoir de le voir abandonné en l’état.

Image: Var Matin 18 novembre 2011

1 comment for “LGV PACA: le « J’accuse » d’Hubert Falco

  1. prinz karl
    20 novembre 2011 at 20 h 45 min

    Monsieur le maire de TOULON, président de TPM et ex ministre notamment aux transports…. semble avoir une mémoire sinon sélective…. à tout le moins défaillante.
    D’une part il semble oublier un principe, c’est que les « technocrates » (boucs émissaires idéals des hommes politiques quand les choses se passent mal) n’existent éventuellement que de par la démission ou l’incompétence des politiques qui sont les seuls à avoir le pouvoir de décision.
    D’autre part, en matière de décision ce sont bien les politiques (BORLOO en tant que ministre à l’époque soutenu par FALCO, GAUDIN et un peu moins par ESTROSI (qui préférait une liaison directe par le nord)) qui ont choisi fin juin 2009 le tracé dit des métropoles par Marseille et TOULON.

    Alors, à moins que monsieur FALCO méconnaisse d’une part ce qu’est une carte géographique (on en doute) et sa ville (on en doute encore moins) et à moins de faire passer le TGV sous l’eau… il ne pouvait passer que dans des espaces trés urbanisés et des terres agricoles riches…. En février 2009 il s’agissait pour lui « d’affiner » les projets (comme on affine un fromage)… une fois la décision prise du tracé des métropoles la solution n’était plus dans l’affinage mais dans l’enfouissement: on creuse , on creuse et au dessus on fait pousser des vignes ou on construit des tours…

    Donc effort de mémorisation… déclaration de notre grand amnésique… fin juin 2009:

    http://www.dailymotion.com/video/x9qgf3_reaction-d-hubert-falco-sur-le-trac_news?start=8#from=embediframe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *