Claude Alimi est démis de ses fonctions de premier adjoint

Cela aura été l’événement politique de cette fin d’année 2008. L’opération s’est déroulée en plusieurs temps:

Le vendredi 19 décembre 2008, Claude Alimi a indiqué par un email envoyé à Var Matin son intention de démissionner de ses responsabilités de Premier Adjoint au maire du Beausset en charge de l’urbanisme en raison « d’une incapacité à mener de fronts ses responsabilités municipales avec sa vie personnelle et professionnelle« . D’ailleurs on ne le voit pas à la soirée de fin d’année réservée aux employés municipaux du Beausset le vendredi soir, alors qu’il est au dire de tous particulièrement assidu à toutes les manifestations culturelles, sportives ou politiques organisées au Beausset depuis de nombreuses années…

demission-alimiLe lendemain, toutefois, il envoi un nouvel email à Var Matin lui indiquant que « la nuit portant conseil » il revient sur sa décision de démissionner… Que s’est il passé ? Quelles pressions se sont exercées?

Devant cette indécision pouvant nuire aux affaires de la ville, le maire, Jean-Claude Richard, a tout d’abord décidé de retirer à Claude Alimi sa délégation d’Adjoint délégué à l’urbanisme par un arrêté qui lui a été remis en main propre par la Police Municipal le lundi 22 décembre.
Puis, comme la loi l’exige, un Conseil Municipal a été convoqué le dimanche 28 décembre 2008 afin de statuer sur le maintien du premier adjoint dans ses fonctions.

Ainsi, par une très large majorité le Conseil Municipal a voté contre.

Claude Alimi, toutefois, reste Conseiller Municipal mais sans délégation ni responsabilité et a décidé de siéger dans l’opposition comme « indépendant ».

Alors que s’est il passé?

Depuis l’élection de la nouvelle majorité municipale, plusieurs personnes proches de la mairie indiquent que le docteur Claude Alimi se prenait pour le nouveau Maire, se considérant comme seul décisionnaire sur la plupart des dossiers et entretenant des relations particulièrement tendues et difficiles avec ce qui deviendra son ex-groupe politique au point que des plaintes pour menaces ont été déposées contre lui en gendarmerie…

En plus de son comportement, il semble que les choix et actions de Claude Alimi dans le cadre de sa délégation d’adjoint à l’urbanisme n’aient pas été partagés par son groupe politique notamment en ce qui concerne plusieurs dossiers d’urbanisme critiques pour la ville, notamment les logements sociaux. D’ailleurs, il apparaît que l’ex-premier adjoint aurait volontairement tenu à l’écart le maire et les autres élus de la majorité dans plusieurs dossiers d’urbanisme sensibles…

Bis repetita: quand 2008 ressemble à 2006…

L’histoire politique particulièrement troublée de « l’obscur » Claude Alimi se répète en effet (voir ici).  En 2006 déjà, (élu sur la liste conduite par Josette Pons en 2001), Claude Alimi se verra retirer ses fonctions d’Adjoint au Commerce, au Tourisme et aux Festivités par le maire Sylviane Pardon « considérant la nécessité de la bonne marche de l’administration communale » (voir ici) (J. Pons démissionna de son poste de maire suite à son élection comme députée en 2002). Dans la foulée, c’est le conseil municipal qui le déchoit de son titre d’adjoint au maire … Il entrera déjà alors dans une opposition fratricide…

En 2004 lors des élections régionales, il se présente en tant qu’UDF sur une liste unie UMP-UDF pour laquelle l’UDF aurait procédé à un « odieux chantage » (voir ici). L’année d’après en 2005, pour l’élection du président de l’UDF du Var, « l’obscur Claude Alimi » (voir ici), « porte-parole des UDF anti-Bernhard« , créé une liste dissidente et s’oppose au maire et conseiller général de Sanary où « en coulisse, les coups bas se sont succédés » (voir ici)…

Si on ajoute ses déboires avec la MJC dans une affaire de malversations pour laquelle il a été interrogé par la gendarmerie en tant que témoin (voir ici et ici), c’est donc une nouvelle mauvaise fin d’année pour Claude Alimi…

Crédit photo Var Matin

COMMENTAIRES sur “Claude Alimi est démis de ses fonctions de premier adjoint

  1. Vous dites: »mauvaise fin d’année pour Mr Alimi si on ajoute ses déboires avec la MJC ……en tant que témoin » Pour information:Mr Alimi n’a pas de « déboires » avec la MJC ni n’est impliqué dans  » une affaire de malversation ».La MJC a été victime d’un détournement de fonds dans lequel Mr Alimi n’est aucunement impliqué,l’enquête s’orienterait vers une personne extérieure au bureau et aux animateurs.Pour finir Mr Alimi n’a pas été entendu par la gendarmerie

  2. Je vois pas comment Mr Alimi ne pourrait pas ne pas être impliqué contrairement à ce qu’indique la MJC dans son message précédant, il était en effet Trésorier adjoint de la MJC pendant la période concernée par ces détournements de fonds et la présidente actuelle était auditeur aux comptes, je le sais puisque je suis adhérente de laMJC depuis très longtemps…Alors on peut pas affirmer qu’ils étaient bénéficiaires des malversations (l’enquête ne fait que débuter) mais en tout cas on peut parfaitement les traiter d’incompétants dans les responsabilités qu’ils avaient puisqu’ils n’ont rien remarqué ou en tout cas signalé…
    Alors quand on voit toutes les manoeuvres de Mr Alimi pour un jour devenir maire du Beausset ça fait très peur! Qui voudrait de lui??

DEPOSEZ UN COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE